Comment calmer les palpitations cardiaques? Les solutions

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Comment calmer les palpitations cardiaques? Les solutions

Sentir son cœur battre plus fort et plus rapidement que d’habitude n’est généralement pas un signe de problème cardiaque. Il peut tout simplement s’agir de palpitations cardiaques bénignes. Dans la majorité des cas, sans tenir compte de la durée ni de l’intensité, les palpitations cardiaques sont sans conséquence et n’ont rien à voir avec un trouble cardiaque. Néanmoins, quand ils deviennent fréquents ou si la personne souffre d’une pathologie cardiaque, les palpitations ne doivent pas être ignorées, et il est primordial de consulter un médecin. Les palpitations cardiaques liées au stress nécessitent également une consultation. En effet, il est important de trouver et de comprendre l’origine des palpitations et du stress qui les provoque. Cela permet de mieux les anticiper, de les stopper et de les gérer au mieux.

Palpitations et stress, comment l’expliquer ?

Le cœur, quand il est en bonne santé, bat de manière régulière, avec des contractions constantes et rythmiques à l’intensité normale. Toutefois, des changements du rythme cardiaque, également appelés « palpitations » peuvent survenir sans que l’on ne s’y prépare. Il faut savoir que les palpitations sont – dans la majorité des cas – une situation tout à fait normale, et qu’elles ne représentent pas un danger ou un symptôme d’une maladie quelconque. Il arrive que le rythme cardiaque augmente rapidement, c’est ce qu’on appelle « tachycardie ». Dans le cas d’une « extrasystole », le rythme cardiaque est totalement anormal et le cœur bat de manière anarchique.

Il faut savoir qu’en temps normal, le rythme cardiaque est compris entre 60 à 100 battements par minute. Mais lors des palpitations, ce rythme peut aller au-delà de 100 battements par minute. Les palpitations donnent alors la sensation d’avoir des coups dans la poitrine, et provoquent une gêne au niveau du cœur ou de manière globale. En effet, l’intensification des battements en cas de palpitations se ressent non seulement dans la poitrine, mais aussi dans la gorge et les oreilles.

Le stress est la principale cause

Le stress est une réaction de l’organisme qu’il ne faut jamais prendre à la légère. Il peut causer d’énormes dégâts sur le corps et également sur l’esprit. Le stress ou le fait d’être confronté à un stress chronique peut en effet causer différents troubles sur la santé. Parmi les conséquences du stress, l’on peut citer l’insomnie, la fatigue, l’irritabilité et le manque de concentration. Mais outre tout cela, le stress chronique est également la principale cause de palpitations.

Souvent, face à des situations stressantes, angoissantes ou qui effrayent, le rythme cardiaque tend à changer, mais surtout à s’accélérer. Cela s’explique par le fait que le cerveau a créé une chaine de réactions dans votre corps par rapport à l’information qu’il vient de recevoir. Cette réaction débute surtout par la libération excessive d’adrénaline, celui-ci tend par la suite à accélérer le rythme cardiaque, et peut également causer d’autres symptômes. Les autres symptômes incluent généralement les jambes qui flageolent, les mains moites, la respiration haletante…

Lorsque ces états se présentent, la personne a tendance à penser que sa dernière heure est arrivée, qu’elle va faire un infarctus. Certes, cela reste une possibilité pour ceux qui ont des antécédents cardiaques, mais les palpitations ne représentent pas un facteur de risque pour une personne dont le cœur est en bonne santé.

Des troubles à ne pas minimiser

Soulignons toutefois que dans bien des cas, il est important de se pencher sur l’origine réelle des palpitations, surtout quand celles-ci sont trop répétitives. Bien que dans de nombreux cas, le stress est la principale cause des battements cardiaques irréguliers, il arrive que les palpitations signalent des troubles plus importants.

Selon les médecins, il peut même arriver en cas de surmenage ou de manque de sommeil qu’une personne ressente des palpitations cardiaques avant de se coucher, alors qu’elle est déjà au repos sur son lit. Cela peut également se produire à la suite d’une consommation trop abusive de substances excitantes comme l’alcool, le café, la nicotine, les boissons énergisantes… Il arrive aussi que la personne souffre de déshydratation ou soit sous l’influence de certains médicaments comme les antidépresseurs ou les antihistaminiques.

Par ailleurs, d’autres troubles comme l’anémie, l’hyperthyroïdie, le manque d’hémoglobine – qui réduit considérablement l’oxygénation du sang et entraine une accélération du rythme cardiaque – peuvent être à l’origine des palpitations. Dans le cas d’une hyperthyroïdie, les enzymes cardiaques sont influencés par les hormones thyroïdiennes, ce qui déteint sur les contractions cardiaques. En outre, une personne qui souffre de palpitations répétitives peut avoir une angine de poitrine. Souvent, pour ce dernier cas, les palpitations s’accompagnent d’une douleur dans la poitrine. Cela s’explique par le fait que l’angine bloque un passage du sang, obligeant le muscle cardiaque à faire plus d’effort pour pomper le sang ou l’expulser.

Y a-t-il des risques de complication en cas de palpitations ?

Il convient de préciser que ce ne sont pas les palpitations en elles-mêmes qui constituent un risque, mais plutôt leurs causes. Dans le cas de palpitations dues au stress, il faut savoir que la meilleure solution est de trouver comment gérer au mieux le stress. En effet, sachez que le stress peut au fil du temps causer des troubles qui seront difficiles à soigner. C’est le cas entre autres des troubles du sommeil ou des troubles visuels, mais également des difficultés dans la concentration. Par ailleurs, les conséquences du stress peuvent également déteindre sur votre qualité de vie, notamment la sociabilité, l’émotivité, et même la capacité à mener une activité quotidienne toute simple.

Cependant, même si généralement les palpitations ne sont pas risquées, il faut être prudent face à certaines complications. En effet, il peut arriver qu’un individu qui souffre de palpitations soit victime d’une anxiété capable de la rendre invalide. Tétanisé devant un évènement ou une situation, il n’arrive juste plus à décider ni à réagir. Dans certains cas, la personne peut souffrir d’étourdissement qui est généralement causé par la forte augmentation du taux d’adrénaline. Cela peut même parfois aboutir sur une perte de conscience plus ou moins, voire un évanouissement.

Dans des cas plus sérieux, et notamment si la personne souffre déjà de troubles cardiaques plus ou moins importants, les palpitations peuvent entrainer un accident vasculaire cérébral. Il se peut même que le patient souffre par la suite d’embolies périphériques (formation de caillot ou d’une cavité cardiaque).

De fait, il ne faut pas se cantonner au simple fait que les palpitations sont bénignes, surtout lorsque celles-ci sont répétitives.

Quand consulter un médecin ?

Quand les raisons des palpitations vous sont complètement inconnues et surtout que celles-ci reviennent assez souvent, il est impératif de consulter directement un médecin. L’idéal serait de consulter un cardiologue.

Pour pouvoir établir un diagnostic précis, votre médecin vous posera des questions relatives à la fréquence des palpitations. Il peut également vous demander des descriptions précises des complications. Cela inclut entre autres le nombre de crises par jour, les moments où les crises apparaissent (durant la nuit ou durant le jour), les événements qui semblent les déclencher (repas, effort, stress, café, cigarette, autre). Le médecin vous demandera aussi si les palpitations surviennent de manière soudaine ou plutôt de manière progressive, et notamment si vous sentez un déclic avant ou après les palpitations. Bien que souvent le patient soit inconscient ou incapable de le remarquer, le médecin peut demander le nombre de battements par minute, si le rythme est régulier ou irrégulier et désordonné.

Lors de la consultation chez le médecin, n’oubliez surtout pas de mentionner les symptômes associés. Il se peut que ceux-ci n’aient rien à voir avec vos palpitations, mais il se peut également qu’ils y soient liés sans que vous le sachiez pour autant. Parmi ces symptômes, l’on peut citer les douleurs dans la poitrine, les pertes de connaissance, les vertiges ou étourdissements, l’essoufflement, la sensation de fatigue ou d’engourdissement, la fièvre, les excès de sueur, de faim, l’envie d’uriner, le bâillement…

Des examens complémentaires pour un meilleur diagnostic

Souvent, en cas de palpitations, le médecin préconise des examens complémentaires lors de la première consultation afin d’établir un diagnostic précis. Ces examens peuvent inclure entre autres une analyse biologique, notamment du sang, pour évaluer si la personne ne souffre pas d’anémie. Mais il y a également l’ECG ou électrocardiogramme. Il s’agit d’un examen réalisé au moment de la crise, afin d’avoir un diagnostic plus précis et certain. Celui-ci permettra au médecin ou au cardiologue de proposer une prise en charge plus adaptée selon la pathologie à l’origine des palpitations.

Mais il arrive également que le médecin conseille au patient de prendre ses pouls en temps normal. Cela permet d’avoir le rythme cardiaque régulier et le rythme cardiaque irrégulier ainsi que la fréquence cardiaque. Si les examens ne suffisent pas, le médecin peut alors demander à ce que le patient fasse une échographie cardiaque. Celle-ci permettra de connaitre les possibles pathologies sous-jacentes.

Une fois le diagnostic posé, le médecin pourra évaluer au mieux les traitements adéquats afin de soulager les palpitations quand elles surviennent. Par ailleurs, si les palpitations sont secondaires (dues à une quelconque pathologie), le traitement visera en premier à soigner la maladie, mais s’accompagnera également de traitements visant à calmer les palpitations. En cas de palpitations dues au stress, le traitement consistera surtout à soulager le stress ou à aider le patient à gérer son stress.

Quelles solutions contre les palpitations ?

Il est plus conseillé de prévenir les palpitations cardiaques que de les soigner, surtout s’il est question de traitements médicamenteux. Certes, lorsqu’il s’agit de palpitations causées par une pathologie sous-jacente, les traitements à base de médicaments sont inéluctables. Cependant, il convient d’éviter la prise de médicaments tant que d’autres options restent envisageables. La raison en est toute simple, les médicaments peuvent bel et bien corriger les problèmes, mais aussi laisser d’autres séquelles et avoir d’autres « effets secondaires ».

Prévenir les palpitations

Lorsqu’elles sont bénignes, les palpitations cardiaques peuvent vous accompagner durant toute votre vie. Il est donc important de savoir comment les gérer afin qu’elles n’aient pas d’impact majeur sur votre quotidien et sur votre qualité de vie. Il est tout autant possible de réduire la fréquence, voire la durée de ces palpitations à travers des techniques de prévention. Pour cela, ci-après quelques conseils :

• Menez une vie plus calme, et évitez le stress autant que possible : le stress est le principal facteur de palpitations, notamment si vous n’avez aucune maladie sous-jacente qui pourrait occasionner ces crises. L’accalmie fait donc partie des solutions qui permettent d’éviter d’avoir des palpitations à chaque fois. Apprenez à connaitre les raisons qui vous poussent à stresser. Cela peut être le travail, la vie de famille, les problèmes, des situations inconfortables… Quoi qu’il en soit, apprendre à faire face à chaque situation sans stresser vous aidera à éviter cet état.

• Adoptez une mode de vie saine, équilibrée et assez active : le stress mis à part, sachez que les substances excitantes entrainent souvent des palpitations ou les augmentent. Cela inclut entre autres l’alcool, le tabac, la nicotine, la caféine ou la théine. Mais il y a également d’autres substances que nous ingérons généralement dans nos repas, comme le piment ou autres épices excitants. Certes, ceux-ci rendent les plats succulents, mais à la longue ces substances ont une influence négative sur les nerfs. Il est ainsi important de savoir adapter et surveiller son alimentation au mieux.

• La question de poids corporel est tout aussi importante dans le cas des palpitations. Non pas que votre poids entraine les palpitations, mais avoir un corps assez enveloppé n’est pas totalement convenable pour les personnes souffrant de palpitations. Cela accroit encore plus les risques de développer une maladie cardiovasculaire.

• Les activités physiques et sportives permettent également de prévenir les palpitations ou du moins d’apprendre à les gérer quand elles surviennent. Généralement, les activités sportives contribuent à améliorer les muscles cardiaques. Par conséquent, elles nous aident aussi à améliorer notre respiration. En effet, avoir une bonne respiration permet de gérer au mieux les palpitations et notamment de les réduire.

• Pensez à surveiller votre sommeil et à faire des repos quand il le faut : le manque de sommeil agit autant sur le cerveau que sur le rythme cardiaque, entrainant notamment une fluctuation de la pression artérielle. De fait, le manque de sommeil, tout comme l’excès de fatigue peuvent largement entrainer une crise de palpitations.

• Apprenez à vous relaxer par la technique de respiration profonde. Lorsque les crises de palpitations arrivent ou lorsque nous sommes confrontés au stress, notre rythme respiratoire tend à s’accélérer, de même que le rythme cardiaque. À l’inverse de ce phénomène, agir sur sa respiration permet d’interagir sur le rythme cardiaque. Ainsi, une relaxation totale avec la technique de la respiration rythmique profonde permettra de mieux gérer les palpitations lorsque celles-ci arrivent. D’autres techniques de relaxation peuvent également être envisagées, à l’instar du yoga.

Traitement des palpitations cardiaque

Généralement, lors de crises de palpitations, les médecins évitent de prescrire des médicaments, sauf si celles-ci sont dues à une maladie sous-jacente. Dans ces cas, les médicaments servent principalement à traiter la maladie à l’origine des palpitations. S’il s’agit de palpitations d’origine cardiaque, les examens permettront de définir précisément la maladie et de la traiter. Éventuellement, si les palpitations constituent des risques pour le patient, notamment si ce dernier souffre de maladie cardiaque, le médecin peut prescrire des antiarythmiques, voire des bêtabloquants. Ces médicaments permettent principalement d’inactiver la zone à l’origine des troubles. Toutefois, dans la mesure du possible, les médecins préconisent souvent des techniques non médicamenteuses.

Les traitements alternatifs

Il existe également des techniques dites « douces » qui permettent de calmer les palpitations, voire d’éviter leur apparition. En effet, si vous avez des signaux qui prédisent l’arrivée des palpitations, mettre en pratique ces techniques peut vous aider à éviter la crise.

Respirez

Savez-vous ce qu’est la respiration abdominale ? Il s’agit d’une technique de respiration profonde qui permet de se relaxer et notamment de se défaire de toutes les pensées négatives, angoisse et stress qui vous pèsent. En effet, la respiration agit en même temps sur le stress, l’angoisse et l’anxiété, ce qui lui permet également d’être efficace contre les palpitations.
Pourquoi la respiration abdominale ? Parce qu’elle permet de provoquer une détente neuromusculaire incomparable qui nous permet de relâcher rapidement les tensions qui nous pèsent. De plus, elle contribue à l’oxygénation du cerveau et la régulation du rythme cardiaque. Tout cela permet de réduire les palpitations.

Comment faire de la respiration abdominale ?

• Asseyez-vous, fermez les yeux et faites le vide dans votre tête,
• Posez la main sur le ventre pour mieux ressentir le va-et-vient de la respiration,
• Inspirez par le nez en gonflant le ventre comme si c’était un ballon,
• Expirez par la bouche en rentrant progressivement le ventre jusqu’à ce que vous ressentez que vos poumons sont entièrement vidés,
• Refaites l’expérience, mais en inspirant, bloquez la respiration quelque secondes avant de tout relâcher par la bouche, doucement en vidant les poumons.

Faites des activités qui vous détendent

La meilleure alternative est sans doute de faire de la marche tout en chantonnant. En plus de vous aider à mieux oxygéner vos poumons, la marche vous permet de vous évader et d’oublier ainsi les pressions et le stress qui vous pèsent. Il faut également noter que la pratique régulière de la marche est l’un des exercices les plus recommandés pour prévenir les maladies cardiovasculaires.

Faites toutefois attention, car il ne s’agit pas de vous épuiser à la marche, mais plutôt de vous détendre ou de vous changer les idées. En même temps, essayez de pratiquer une respiration rythmique pour réguler le battement cardiaque.

L’homéopathie

Avant de choisir un traitement homéopathique quelconque, il faut bien connaitre le problème ou les origines de vos palpitations. Il est ainsi important, bien avant de consulter un thérapeute, que le patient ait réalisé une consultation médicale permettant d’identifier si les palpitations ont une connotation pathologique.

Il faut savoir que l’homéopathie repose sur le principe que le corps peut s’autoguérir, ainsi les substances utilisées en homéopathie ont tendance à provoquer les symptômes pour que le corps réagisse et se batte.

La cohérence cardiaque

Cette dernière technique se base sur ce qu’on appelle variabilité cardiaque. Selon les spécialistes et les médecins, les évènements et les situations que nous vivons au cours d’une journée tendent à provoquer des variations irrégulières de notre rythme cardiaque. Les observations scientifiques ont également mis en évidence le fait que la respiration permet clairement de modifier cette variabilité cardiaque. Pour cela, il faut effectuer une respiration cohérente, qui se fait aux alentours de 6 cycles respiratoires par minute chez les adultes. En d’autres termes, le but est de faire en sorte que la respiration soit cohérente avec le rythme cardiaque. Pour que ce soit possible, il faut juste faire 6 inspirations et 6 expirations par minutes.
Le principe de l’exercice ?

Inspirez profondément en utilisant la technique de respiration abdominale pendant 5 secondes, puis soufflez lentement pendant 5 secondes en bloquant l’air avec le pharynx. Refaites la même opération 6 fois pendant 5 minutes.

Comment savoir si ça marche ?

Dès que vous aurez atteint la cohérence cardiaque, vous ressentirez immédiatement un bien-être intense, et surtout vous sentirez que les palpitations s’atténuent et s’arrêtent.

Conclusion

Les palpitations sont un phénomène tout à fait naturel et sont généralement bénignes. Il faut cependant y accorder une certaine importance lorsque vous avez des antécédents cardiaques ou lorsque les crises de palpitations reviennent souvent. Sachez cependant que ce ne sont pas les palpitations en elles-mêmes qui sont dangereuses ou qui comportent des risques. Le risque est plutôt le fait que les palpitations peuvent être symptomatiques de pathologies sous-jacentes assez importantes. D’ordre général, les palpitations sont causées par le stress, l’angoisse ou l’excès de fatigue. Dans ces cas, elles peuvent s’en aller d’elles-mêmes et n’arrivent que rarement.

Il existe des pratiques simples et efficaces permettant d’atténuer les palpitations, ainsi que de se défaire de l’inconfort qu’elles provoquent. La respiration profonde ou respiration abdominale est la première et sans doute la plus efficace de ces exercices. Mais il y a également l’exercice de la cohérence cardiaque, la relaxation ou l’homéopathie.

Blog